Des iris en Provence

Depuis 1974, l'histoire de la pépinière.

Peindre des iris en Provence, à la fin du XIXe siècle, il fallait être Vincent... Un siècle plus tard, cultiver, croiser et obtenir de nouvelles variétés, c'était un pari à priori peu fou, pour un artiste peintre.
Voici comment est née et a évolué "Iris en Provence".

n63_pub.jpg

De la passion à la pépinière

Années 60 - Parallèlement à sa vie d'artiste peintre , Pierre Anfosso et sa femme Monique collectionnaient les Iris dans leur jardin, à La Crau. Années 70 - Après leur adhésion à la SFIB, contact avec l'AIS et acquisition de nombreux cultivars d'outre-Atlantique. Devant le peu de nouvelles créations françaises à cette époque, Pierre Anfosso eut envie de relever le challenge et de créer ses propres variétés. Il écrivit aux grands hybrideurs américains (Keith Keppel, Joseph Ghio, Ben Hager, ...) et suivant leurs conseils, se lança avec son épouse dans l’aventure de l’hybridation. 1974 - Naissance de la pépinière "IRIS EN PROVENCE, Pierre et Monique ANFOSSO" qui propose une liste d'Iris à la vente par correspondance. 1975 - Parution du 1er catalogue de la pépinière.

Une histoire de famille

1978 - Présente aux Concours Internationaux d’Orléans, la pépinière obtient le "Grand Prix d'Honneur : meilleure présentation française aux concours internationaux" ainsi qu'un "Prix de la meilleure variété rouge" pour l'Iris 'Lorenzaccio De Médicis' (également classé 4e toutes catégorie), 1ère introduction d'une création « maison » au catalogue. 1979 - Déménagement au 1300 Chemin des Maures, à Hyères. IRIS EN PROVENCE participe aux Floralies Internationales de Paris où lui est décernée la "Médaille d'argent - Prix de la Ville de Paris". C'est aussi l'année des premiers "Certificate of Registration" délivrés par l'AIS pour les variétés 'Évasion' (R79-506), 'Bateau Ivre' (R79-507), 'Sanseverina' (R79-508), 'Lorenzaccio De Médicis' (R79-509), 'Nuit Blanche' (R79-510), 'Calamité' (R79-511), 'Maldoror' (R79-512) et 'Sonate D'O' (R79-513). 1980 - Nouvelles récompenses aux Floralies de Fréjus : "Médaile d'Or" et "Prix Spécial du Jury" sont remis à notre pépinière. 1981 - IRIS EN PROVENCE devient une SCEA. 1984 - Des variétés d'Hémérocalles apparaissent pour la 1ère fois au catalogue. Années 90 - Monique et Pierre prennent leur retraite, mais ce dernier continue à hybrider des hémérocalles. 2000 - La pépinière apparaît sur la Toile : iris-en-provence.com propose près de 300 variétés d'Iris et d'Hémérocalles entièrement illustrées.

XXIe siècle

2004 - Décès de Pierre Anfosso. 2008 - Après ses grands-parents Pierre et Monique, son oncle Pierre-Christian et sa mère Laure Anfosso, Marin Le May se lance dans ses premières hybridations. 2011 - Depuis le début de l'année , outre le "relooking" du site Internet, Iris en Provence se lance dans la restauration et la conservation de son patrimoine horticole. Côté archives, les diapos originelles de Pierre Anfosso sont numérisées et enrichissent également l'encyclopédie de l'AIS. Côté jardin, l'objectif est de récupérer des variétés "maison", qui avaient disparu de notre pépinière, par des échanges avec des amateurs ou d'autres pépinières. En mai, le projet de réalisation du Blog est lancé. 2012 - 8 variétés créées dans les années 90 sont enfin enregistrées1. 2014 - Malgré les inondations de janvier2, Iris en Provence fête ses quarante printemps. 2015 - Premières introductions au catalogue3 pour Marin Le May qui présente également 3 de ses semis au concours international Franciris®.

Retour vers le futur

2015 - À l'automne, la plantation revient sur le terrain familial, au 1300 Chemin des Maures. En fin d'année, la pépinière change de statut professionnel. Depuis 2016 - La pépinière Iris en Provence est l'exploitation agricole de Laure Anfosso. La version "papier" du catalogue est abandonnée. Quatre nouvelles variétés sont enregistrées4.


  1. Voir enregistrements 2012.
  2. À lire : la gadoue.
  3. Voir enregistrements 2014 et 2015.
  4. Voir enregistrements 2016.

La doc : Articles - Bibliographie - Des iris en Provence - Glossaire - Reportages.


Print Friendly, PDF & Email

4 Commentaires

  1. Vas-y Marin fais nous tous pâlir d’envie.
    L’avenir des iris Français est dans les mains fertiles de ta génération.
    Apprends encore des « vieux », mais décomplexe toi vite.
    Avec ta « culture » des iris et l’expérience de ta mère, quand tu vas décoller on pourra toujours essayer de courir derrière. Surtout qu’à nos âges, hein?
    Mais branche toi quand même avec les plus jeunes comme Sébastien Cancade ou Stephane Boivin: ils en connaissent un rayon. Et une bonne émulation et échange de pollen ou de graines ne peut être que bénéfique.
    Cordialement
    Daniel

  2. RICHARD SERAFINOWSKI

    Curieux de découvrir les premiéres réalisations de MARIN LE MAY je suis tombé sur un os car toutes mes tentatives sont réstées vaines.Pourquoi ? Mystere !
    Soyez « chics » faites les moi parvenir par Mail si c’est possible Merci.

  3. Tous mes encouragements !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copier le mot de passe *

* Écrire ou coller ici *