Il y a chant et champ…

Chant d'iris  Champ d'iris

1trankil.jpg
Après le printemps, en octobre, à Hyères...

Chant d'iris

J'étais tranquille, j'étais peinard...
Quand (Laure) m'a fait : Bouge de là !
(Depuis) tu vois, je suis (re)planté, planté, planté...

(sur des paroles de Renaud Séchan, Claude Honoré M'Barali, Étienne Roda-Gil).

Champ d'iris

C'est la même chanson, chaque année : il faut déplacer la moitié des iris (voir Travaux d'automne). C'est nécessaire pour la rotation des parcelles cultivées et en jachère. C'est l'occasion de préparer les potées pour la prochaine floraison. Depuis la réinstallation de la plantation au 1300 chemin des Maures (voir Des Iris en Provence), l'arrachage et le repiquage se font manuellement ; en quelque sorte, le choix du retour à l'artisanat.

Après avoir étalé une fine couche de compost sur la terre relevée (photo 1.) on ratisse pour aplanir (photo 2.) avant de marquer les lignes repères espacées de 30 cm (photo 3.). Un peu d'engrais, neuf rhizomes au m2 ; pour les iris nains, on plante en quinconce, en intercalant 2 iris entre 2 lignes (photo 4). Un petit coup de serfouette, un trou à la main et le rhizome est repiqué.

table-01-s.jpg
Photo 1
table-02-s.jpg
Photo 2
table-03-s.jpg
Photo 3
table-04-s.jpg
Photo 4
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *